Blondes autour du monde
Famille Craplet de Nanterre à Singapour, en camping-car entre 2009 et 2010


Menu

» Accueil
» Qui suis-je ?
» Itinéraire prévu
» Itinéraire réel
» Livre d'or
Grèce
Bali
Dessins
L'Asie, c'est fini
Angkor
Laos
Thaïlande
Singapour Malaisie
Inde
Dubai
Photos HQ
Photos HQ 2
Iran
Turquie
Bulgarie
De Budapest à la Mer Noire
Budapest
De Villiers à Budapest


Rubriques

English version
Itineraire prevu
Livre de Bord
Membres participants


Le i-grec

(by Anne-Claire)

 

Petit prélude à cet article pour vous expliquer comment on apprend les lettres de l’alphabet à Noémie. Un petit carton pour chaque lettre, avec un petit dessin intuitif pour lui rappeler la lettre en question : le H avec une hache (pas très original), le B comme Benjamin, I comme Ines, R comme Rachel (utilisation subtile du prénom des cousins pour maintenir en éveil l’intérêt de notre apprentie lectrice) et finalement le Y avec un i et un drapeau grec dessiné… Et la, je dis : bravo l’artiste ! C’est génial ! Le Y est un I, pourquoi avoir fait un deuxième I ? Et bien pour les Grecs pardi !

 

Et si Noémie oublie le  Y, je lui fais manger 5 pitas d’affilée !

 

Voilà, le vrai article Grec commence ici.

 

Il est temps maintenant de remercier les Vietnamiens de nous avoir ainsi bloqué l’entrée à leur frontière. Parce qu’en effet, sans eux, nous ne serions très certainement pas rentrés en France par la case Grèce et on aurait vraiment raté quelques choses ! Et notre enthousiasme à reconfigurer notre fin de voyage n’a d’égal que le plaisir de vadrouiller, une dernière fois, dans un nouveau pays.

 

Alors évidemment ici tout s’arrange : zone euro, boulangerie à chaque coin de rue, vins abordables, campings, machines à laver, fraicheur, c’est comme si on ressuscitait de notre périple en Asie !

 

Petit tour dans le Pénopolèse et appropriation des histoires de l’Antiquité Grecque : Zeus, Era, Aphrodite, Dionysos, Apollon, Athena, autant de Dieux et de Déesses qui enchantent les peplums (Romains je sais !) racontés par Vincent, intarissable sur le sujet !

 

Alors évidemment, les ruines d’Olympie font un peu triste mine comparées à celles d’Angkor mais bon, on ne compare pas les mêmes époques non plus !

 

N’empêche qu’on n’est pas bien sûr que les Grecs mettent tous les fonds de l’Europe à profit pour mettre en valeur, leurs inestimables ruines !

 

Pas un panneau en Français à Olympie, plus de brochures en Français ni en Anglais à Delphes,  pourtant tous les 2 de patrimoines mondiaux de l’Unesco. Alors que les offrandes soient pillées par le parti à Wat Phu, passe encore : c’est loin et qui connait Wat Phu, mais là… Olympie et Delphes : quand même !

 

Pareil, à Mystras près de Sparte, la ville est magnifique, sur 3 étages : un fort surplombant la vallée, la ville haute pour le clergé et l’aristocratie et la basse pour les paysans. 6 euros l’entrée et pas un dépliant avec la description du site ! Merde alors ! C’est ça l’Europe ? Pas étonnant que tout l’Europe râle pour serrer un peu la vis aux Grecs avant de leur filer tout le pognon du FMI ! Et c’est pareil pour la signalisation ! Les panneaux sont savamment postés après les croisements pour lesquels ils indiquent des bifurcations, résultat, on passe notre temps à faire des demi-tours et les demi-tours en camping-car, je crois que c’est ce que je déteste le plus !

 

Bon allez, j’arrête de râler parce que vous allez penser que je ne suis toujours pas remise de mes réflexions sur mon couple, alors que si !

 

Donc on a maintenant quitté le Pénopolèse en traversant par le pont de Patra (qu’on appelle évidement pont de Chrystelle entre nous !) : très jolie réussite architecturale et gouffre financier : 12 euros la traversée, je suis sure que c’est plus cher que le pont de l’île de Ré !

 

Une fois retrouvé le continent, on a passé 3 jours à Delphes où Vincent s’est déchainé sur le lavage de la salle de bain. Plus question de prendre une douche dans cette pièce qui ressemble maintenant à un laboratoire pharmaceutique !

 

Et nous coulons maintenant une retraite paisible de 48h dans le parc national du mont Iti, installés, une fois n’est pas coutume, sur le parking du centre ville d’Ipati. Ipati : 15 habitants l’hiver et 21 en été, pas de camping évidemment ! Pour vivre heureux, vivons cachés !

 

La bise à tous !


Publié le 27/04/2010 à 18:57, dans Livre de Bord, Ipáti
Mots clefs :

<- Page précédente | Page suivante ->